Aurélie PÉTREL

mise à jour le 18 Mai 2017

  • index des œuvres
  • textes
  • biobibliographie
  • repères
  • actualités
  • index des oeuvres
  • contact
Expositions
  • Cycle 2, Figures photographiques

Galerie Ceysson & Bénétière, Paris
Exposition personnelle
Samedi 09/09/2017 - Samedi 14/10/2017
Cette première exposition chez Ceysson & Bénétière constitue le chapitre introductif d’un nouveau cycle de recherche, entamé par l’artiste il y a un an. Après la confrontation avec la collection du FRAC Centre-Val de Loire, Pétrel s’est penchée sur les archives du Centre Canadien d’architecture (CCA), confirmant ainsi l’importance de la pensée architecturale dans sa démarche qui dépasse la photographie pour embrasser l’installation.

Le temps dilaté du centre de recherche est uniquement scandé par le bruissement du calque et le bruit des pas, amorti par la moquette lourde et violette.
Les gants blancs ouvrent des boîtes d’archives et des cartons, soulèvent les papiers non acides qui séparent les dessins originaux, les tirages, les notes manuscrites. Le geste est lent, ample et répétitif, minutieux aussi. Il révèle.
L’exposition, quant à elle, fixe (mais temporairement, comme toujours chez Aurélie Pétrel). Des structures de l’architecte américain Peter Eisenman, Pétrel tire des figures. De la logique inhérente à ses formes, elle extrait une matière qui se mêle ici à la texture des phrases chuchotées. Ce n’est pas l’espace – qui relève chez Eisenman d’une opération conceptuelle – que recherche l’artiste dans les croquis et les vues axonométriques de l’architecte, mais le trait – tantôt clinique, tantôt hésitant, toujours superposé à celui des autres dessins d’une même pochette – auquel elle redonne corps et dimension. C’est cette transparence comme propriété organisationnelle, et non matérielle, qu’elle donne ici à éprouver. C’est la concentration des corps arqués sur la table de consultation, œil plissé pour saisir le travail par-delà les traces, pour restituer mentalement les transformations de la matière : subdivision, glissements, superpositions, sectionnements, autant d’opérations que l’artiste redéploye, dans un moment fugitif.

Emmanuelle Chiappone-Piriou, 2017

https://www.ceyssonbenetiere.com/fr-exposition-Mobius-Aurelie-Petre-2017-paris-1060.html
  • Leaving the Still Image

Wilhelm-Hack-Museum, Ludwigshafen (Allemagne)
Biennale
Samedi 09/09/2017 - Dimanche 05/11/2017
Dans le cadre de la Biennale für aktuelle Fotografie 2017 à Mannheim, Ludwigshafen et Heidelberg
Pétrel | Roumagnac (duo)

Today, more than ever, photography is a hybrid medium that we encounter in all kinds of forms. As a counterpart to How Your Camera Works, this exhibition chapter examines the medium’s opening and expansion. Its questioning will focus on recording perspective and outward appearances of image carriers, the temporal dimension, and the performative potential of photography. (curated by Christin Müller)

Artists: Rosa Barba, Pétrel | Roumagnac (duo), Barbara Probst, Sebastian Stumpf and many more

Visuel : © Pétrel | Roumagnac (duo)

https://biennalefotografie.de/en/edition/exhibitions
  • Une maison de verre le long d'une rivière utilisant tout type d'éclairage habitée par ceux qui invitent les autres

Cneai =, Chatou
Exposition collective
Samedi 09/09/2017 - Dimanche 19/11/2017
En réaction à la normalisation urbaine et architecturale, Alison Knowles produit en 1967 The House of Dust, un poème de 84672 quatrains générés par ordinateur, dont chaque quatrain représente en soi un programme architectural. Matériaux, localisation, éclairage et habitants y sont décrits aléatoirement, alternant visions pragmatiques et poétiques.
Autour du projet d’Alison Knowles, 17 artistes ont interprété les quatrains et créé des “maisons" pour l’exposition. Emancipées de toute planification, elles sont autant de nouvelles manières d’habiter le monde, introduisant mobilité et improvisation.

Avec Alison Knowles, A Constructed World, Bona-Lemercier & Christelle Chalumeaux, Dieudonné Cartier, Jagna Ciuchta, Yona Friedman, Mark Geffriaud, Jeff Guess, Ramiro Guerreiro, Peter Jellitsch, Katarzyna Krakowiak, Kengo Kuma, Aurélie Pétrel, Francisco Tropa ainsi que Tyler Coburn, Lou-Maria Le Brusq, Joshua Schwebel et Daniela Silvestrin, du programme de recherche et d’expositions Art by Translation, et les artistes, musiciens, écrivains et chercheurs invités dans le cadre du programme Habiter l’Exposition.
Commissaires : Sylvie Boulanger, Maud Jacquin et Sébastien Pluot.

http://cneai.com/evenement/#!/article-3003

haut de page